Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Un été plus solidaire que jamais

Un été plus solidaire que jamais

Du 17 au 29 août nous avons encadré douze jeunes fossois pour le projet « Eté solidaire ». C’est une opération chapeautée par la Région Wallonne qui vise à renforcer la solidarité des jeunes envers les citoyens. Toutes les activités menées pendant ces deux semaines ont été réfléchies pour embellir notre commune et pour donner aux jeunes une première approche du monde du travail. Il ne s’agit pas ici d’un stage mais bien d’une première expérience du monde professionnel. Les participants ont été sélectionnés lors d’un entretien d’embauche devant un jury parfois un peu intimidant pour eux (bien que fort sympathique), ils ont alors signé un premier contrat de travail avant de se frotter à la vie active.

Le programme était bien chargé et il a été bouclé haut la main par les participants, Ludo du service environnement nous confirme « Ca fait six ans que je fais Eté Solidaire et chaque année les jeunes sont motivés, en fait c’est pas compliqué quand on fait les choses avec eux et qu’on leur donne les bons outils, quand on est à leurs côtés et qu’on leur explique comment ça marche, ils font le boulot et il le font bien ». En préparant les activités, nous, les encadrants technique ou pédagogiques, avons veillé à proposer diverses activités qui touchent l’ensemble des fossois, valorisantes pour les jeunes et qui permettent de trouver un juste équilibre entre réalisations manuelles et créativité. Notre équipe était composées de partenaires communaux, de l’AMO et du Centre Culturel.

Limités par les mesures sanitaires, nous avons établi notre campement aux jardins partagés « Le légumier de Bebrona », majoritairement en extérieur. Nous y avons réalisé un Pré fleuri avec des graines de plantes de nos régions sélectionnées pour attirer les abeilles. Les jeunes en plus de manier la pioche et la pelle ont pu découvrir le fonctionnement d’une ruche et comprendre le rôle essentiel des abeilles dans la pollinisation. S’en est suivi un débat sur la place qu’occupe l’homme et son rapport à la nature. Faut-il dompter l’environnement qui nous entoure ? Quelle place laisser à la biodiversité ?

Les réponses n’étaient pas tranchées mais il y a un point sur lequel les jeunes étaient d’accord, notre région est belle et il faut la protéger. Armés de cette conviction, de gilets réfléchissants et de pinces pour ramasser les déchets, nous avons fait deux sorties « nettoyage des bords de route ». Nous avons ramassé un nombre incalculable de canettes et divers objets hétéroclites ; une tête de cheval en plastique, des jantes de voitures, un appareil à raclette, une trottinette,… Une partie de ces déchets ont été triés, nettoyés et accroché à une structure métallique géante en forme de cœur.

La sculpture cœur exposée aujourd’hui à l’espace Winson symbolise le travail remarquable des bénévoles pendant la crise Covid et remercie tous ceux qui font preuve de solidarité et d’entraide. « Au début on était un peu dégouté de voir tout ce que l’on a trouvé au bord des routes et laver les canettes ce n’était pas franchement drôle mais on est content du résultat, c’est trop beau et on a pu faire quelque chose de joli avec des choses moches » nous disent les participants.

Quel est le point commun entre la voie lactée, un Pokémon et un cactus ? Ne cherchez pas trop loin, c’est encore la propreté. Onze poubelles publiques ont été personnalisées par les artistes en herbe. L’idée ici n’est pas de faire passer un message mais de mettre un peu de couleur dans la ville. Nous espérons que vous les trouverez jolies.

Un autre projet réalisé non sans fierté est la création de jardins suspendus pour les résidents du Home Dejaifve. Ces jardinières ont été conçues pour permettre aux fauteuils roulants de se glisser facilement dessous et de la sorte faciliter l’accès aux activités extérieures pour les personnes âgées.

Entre ces quatre projets, les jeunes ont aussi rafraichi la peinture des abris-bus et installé des hôtels à insectes. Si Eté Solidaire est avant tout une première expérience professionnelle, les participants ont également bénéficié d’un coaching à l’emploi pendant ces quinze jours, d’autres objectifs plus pédagogiques sont présents tout au long de l’opération. Comment se positionner en tant que jeunes adultes ? Quelle place occuper dans un groupe et quelles sont mes responsabilités au sein de celui-ci ? Toutes ces questions permettent une transition entre une certaine forme d’insouciance de l’adolescence et une responsabilisation de ces adultes en devenir.

Pour l’équipe encadrante, quinze jours de terrain, avec les jeunes, c’est du sport ! Mais c’est aussi terriblement amusant et rafraichissant. Il est agréable de les voir s’épanouir tout au long de cette fin du mois d’août. L’un se découvre des talents d’architecte, l’autre des capacités physiques inépuisables, tous profitent de ce moment où on leur fait confiance et où on s’efforce de valoriser leurs compétences. Lors du goûter de clôture, en présence de l’échevin Frederic Moreau (Bourgmestre faisant fonction) et Bernard Meuter (échevin de la Jeunesse), des parents, de l’équipe et surtout des délicieux petits gâteaux confectionnés par Salomé et Samuel (2 jeunes apprentis en boulangerie-pâtisserie) ce sont les qualités professionnelles et humaines des jeunes qui ont été mises en avant. On ressentait ce jour à l’Orbey, malgré la distance physique, la fierté du travail accompli. Peut-être qu’un jour les fleurs seront fanées, les couleurs usées et la sculpture à restaurer mais les valeurs partagées cet été resteront, nous l’espérons, dans les bagages de ces jeunes déjà en route pour d’autres aventures.

Merci Camille, Charles, Corentin, Jeremiah, Kleane, Lara, Luca, Maxime, Salomé, Samuel, Valentin, Verena pour votre travail et votre enthousiasme.